Une brève histoire de rencontre avec la plume

Article : Une brève histoire de rencontre avec la plume
18 mai 2020

Une brève histoire de rencontre avec la plume

L’écriture est une sorte de drogue. Une fois qu’elle nous tient, difficile de nous en défaire. Ma rencontre avec la plume remonte loin dans le temps.

Je me rappelle encore de mon professeur de Législation morale et professionnelle (LMP) de l’Institut de formation des maîtres (IFM) de Kangaba (région de Koulikoro). Il ne se lassait jamais de nous avertir : « Quiconque à l’ambition de s’enrichir n’est pas le bienvenu dans l’enseignement parce que ce domaine est celui de la misère. » Ce métier, comme toute autre profession, recommande donc de l’amour et de l’abnégation pour bien l’exercer.

Écrire pour la liberté

Il y a donc des métiers que nous embrassons non pas parce qu’elles nous rapportent des millions par jour ou par mois. Mais plutôt parce qu’elles répondent à nos attentes.

Ma rencontre avec la plume ne déroge pas à cette règle. J’ai toujours été animé par un amour fou à écrire. Écrire pour être la voie des sans voix. Écrire pour laisser des traces. Écrire pour contribuer à la révolution des consciences. Écrire pour me défouler et être libre.

Cette ambition, je l’ai toujours manifestée. Mes camarades de l’École normale supérieure de Bamako (ENSUP) peuvent en témoigner.

Pour renforcer cet amour qui me liait à l’écriture, il a fallu qu’en 2017 je prenne contact avec Ousmane Traoré, un Mondoblogueur ouvert et disponible, pour mettre sur la toile mon premier blog (foustogola.wordpress.com). Un blog qui sera à maintes reprises réaménagé, voire supprimé et renouvelé afin qu’il réponde à mon goût.

Le départ véritable

La création de ce premier blog a été un véritable déclic pour moi. Elle va non seulement m’ouvrir la voie vers le journalisme, mais aussi, et surtout me fera prendre conscience de mes nombreuses lacunes en matière de français et de rédaction web. Ce qui m’amène à me tourner rapidement vers l’autoformation afin de mieux perfectionner ma plume. 

Cette ascension fulgurante sera soutenue par la venue de Benbere, une plateforme des blogueurs maliens portée par Doniblog (Communauté des blogueurs du Mali) dont je suis membre et financée par la RNW média. Grâce à ce projet, j’ai bénéficié de nombreuses formations non seulement en journalisme, mais aussi en blogging. Des formations qui renforcent rapidement mes compétences et mon amour pour l’écriture et le blogging.

À l’école primaire

Cet amour que je nourris pour l’écriture remonte jusqu’à l’école primaire. Une période durant laquelle je portais à cœur la publication d’un ouvrage. Un livre qui allait être le fruit des recherches d’un enfant de 13 ans.

Cette fougue va m’accompagner jusqu’au lycée où je contribuais de temps en temps au journal Le Segovien. Un hebdomadaire qui était tenu par mon professeur de littérature Issoufi Dicko. 

Cette année, ma sélection au concours de Mondoblog me convainc davantage que plus rien ne pourra me séparer de la plume qui est devenue mon compagnon de tous les jours. Elle est à partir de maintenant mon arme de combat bien vrai qu’elle ne me procure pas de richesses.  

Partagez

Commentaires

Miki Cissé
Répondre

Un beau témoignage mon cher, que cette passion pour l'écriture qui t'anime ne te quitte jamais.

Togola
Répondre

Merci cher collègue.