Cette reprise des cours aux multiples interrogations

Article : Cette reprise des cours aux multiples interrogations
1 juin 2020

Cette reprise des cours aux multiples interrogations

Le gouvernement malien décide de la reprise des cours pour ce 2 juin 2020, pour la première phase, et le 1er septembre pour la seconde phase. Cette décision laisse entrevoir de multiples défis à relever pour une reprise véritablement décentralisée.

« La première étape est d’ouvrir les classes d’examen le 2 juin et la deuxième étape c’est d’ouvrir les autres classes le 1er septembre en espérant qu’il y ait amélioration dans la gestion de la maladie et dans les négociations avec les enseignants », a fait savoir Kinane Ag Gadega, secrétaire général du ministère de l’Éducation nationale du Mali, à l’occasion du Grand débat de Studio Tamani du mercredi 27 mai 2020.

Des obstacles dans les campagnes

Selon le secrétaire général du ministère de l’Éducation, les cours se poursuivront jusque dans la deuxième quinzaine du mois de novembre 2020. Ce qui sous-entend que les élèves maliens passeront toute la vacance en classe. Cette décision souffre de manque de considération pour les élèves des campagnes dont la plupart ont des problèmes à pouvoir suivre les cours, déjà au mois de mai. Ce en raison des travaux champêtres. Dans de nombreuses localités également, les classes ne sont pas adaptées pour des cours sous la pluie. Dans certaines zones, la voie menant aux écoles est difficile d’accès en raison de la présence de marigots qui obstruent le passage. Les enfants ne peuvent pas traverser ces cours d’eau. 

Et les écoles privées ?

En plus de ce problème, la question de la grève des enseignants au niveau des écoles publiques se pose. En effet, depuis début décembre, les enseignants sont en grève pour réclamer l’application de l’article 39 du statut du personnel enseignant. Les dernières négociations avec la partie gouvernementale datent du jeudi 28 mai 2020. Cette rencontre, comme les précédentes, s’est terminée en queue de poisson. D’ores et déjà, on estime que cette rentrée du 2 juin se fera sans les écoles publiques.

Lire aussi Écoles fermées : les enseignants du privé galèrent

En plus de cette difficulté, il faut noter également le paradoxe lié à cette reprise en raison de la présence du coronavirus. Les écoles ont été fermées en raison du coronavirus et rouvrent alors que le pays compte plus de 1000 cas positifs.

Face à tous ces problèmes liés à cette corona-reprise, qu’est-ce que les autorités politiques maliennes envisagent pour une reprise décentralisée et sans grande peine ?

Lire aussi Au Mali, le droit à l’éducation des enfants est piétiné

L’essentiel n’est pas de déclarer à coup de tam-tam la reprise des cours, mais c’est de réunir les conditions optimales pour une véritable reprise.

Partagez

Commentaires

Marico
Répondre

Hah....
Je me demande dans un pays majoritairement agricoles ,concentré d'une saison. Est ce que ce sera facile de faire le cour pendant ce temps ? À comprendre que les 90% de ses travailleurs en agriculture sont des élèves.

Togola
Répondre

Je partage cet avis.