Le Mali atteint du virus de la désobéissance civile

Article : Le Mali atteint du virus de la désobéissance civile
16 juillet 2020

Le Mali atteint du virus de la désobéissance civile

Des morts, des blessés et de nombreux dégâts matériels. C’est le bilan du nouveau virus de la désobéissance civile apparu au Mali le vendredi 10 juillet 2020. Introduit par le Mouvement du 5 juin – rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP), mouvement hétéroclite opposé au régime du président en place, ce virus se répand dans plusieurs régions du Mali.

A lire aussi Pourquoi le président IBK a reconduit son PM sortant

Le Covid-19 a disparu

Les routes barricadées, les saccages de biens publics et privés, etc., sont des effets de ce nouveau virus qui agit plus violemment que le virus du Covid-19, qui semble disparaître sur le territoire malien. Les rassemblements se font à longueur de journée, sans aucun respect pour les mesures barrières instaurées par les autorités dans le cadre de la prévention de la covid-19.

Si ce nouveau virus est assez pris au sérieux par les populations, c’est qu’il donne naissance à d’autres formes de virus qui lui sont tributaires. Elles se caractérisent surtout par les braquages et d’autres formes de banditismes.

A lire aussi Crise scolaire au Mali, miroir de nos indifférences

Selon les responsables du M5-RFP, le seul remède au virus qu’ils ont introduit au Mali est le départ du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, qui serait l’épicentre de ce malaise malien. Un mal qui a coûté déjà la vie à plusieurs citoyens, juste quelques jours après sa manifestation.

Le M5-RFP avertit sur l’inutilité du test d’autres vaccins autres que le départ du chef de l’État. Pourtant celui-ci ne fait que proposer d’autres remèdes qui sont tous ipso facto rejetés comme nuls et non avenus.

A lire aussi Autrement dit, malaise au Mali !

Un jeu de ping-pong

De grandes organisations se présentent, munies de vaccins, mais le géniteur du nouveau virus reste calé sur sa position : le départ d’IBK.

Avant la fin de ce jeu de ping-pong, plusieurs citoyens risquent de périr à cause de ce virus de la désobéissance civile. Car ses principaux initiateurs ne cessent d’appeler à son expansion jusqu’à l’acceptation et l’application de leur remède.

Partagez

Commentaires